Crépuscule

10 novembre 2017

Miroir Miroir

116847167

J'ai lu ce livre grâce à celinevanilla,qui en a fait un livre voyageur sur son blog ( que je vous conseille au passage)

Le principe, déjà, est très sympathique.

Quant au bouquin en lui-même, je l'ai beaucoup apprécié.

Le style de l'auteur est fluide et agréable, simple mais sans être simpliste. Elle fait de jolies descriptions et a un vocabulaire suffisamment recherché sans être lourd.

L'histoire est intéressante. J'aime l'idée de se pencher sur le passé des méchants pour comprendre comment ils en sont arrivés là. C'est d'autant plus passionnant pour un personnage comme la Méchante Reine. (Autant le dire, j'ai vu Régina de Once Upon a Time tout le long. Mais elles n'ont rien à voir du tout, heureusement. Je me serais ennuyée sinon ^^. )

Cette Reine là m'a beaucoup touchée. De la jeune souveraine qui cherche ses marques au début, à la jeune veuve qui finit par devenir une des sorcières les plus cruelles qui soit.

Il y a des thèmes qui m'ont beaucoup plu. Notamment la relation de la Reine avec son miroir et celle du passé avec son père. Le thème de la domination est très bien emmené. C'est triste de voir qu'en pensant enfin dominer son ancien tortionnaire, elle ne fait que se remettre en son pouvoir, une fois de plus.

La jeune femme est très bien décrite, ses émotions bien rendues, on vit tout ça à ses côtés. Mais du coup, les autres personnages sont malheureusement un peu palots. J'ai notamment eu du mal à croire à leur histoire d'amour, avec le roi. Enfin de son côté à elle, oui, de celui de son mari, beaucoup moins.

D'ailleurs, je dois pas être la seule qui doit le trouver inutile, car quand il meurt, le peuple n'hésite pas une seconde à laisser la Reine gouverner seule ! ^^( un peu regrettable qu'on ne la voit jamais régner, car c'est pas  très réaliste déjà. Et ça aurait été intéressant de voir qu'elle est une bonne reine pour son peuple, quand bien même elle serait une horrible personne à côté de ça. Cependant, vu mon amour de la politique, ça m'aurait surement vite gonflé !).

Le rythme est parfois inégal. Ça ne gène pas durant la lecture, mais certains passages sont très développés, là où d'autres passent très vite, et c'est dommage. Il aurait été bienvenu de rallonger le livre, à mon avis.

Tous ces détails ne sont pas très gênants durant la lecture et n'ont que peu influencés mon avis car le reste rattrape largement. Il y a cependant deux points qui m'ont plus chiffonné. Attention, spoiler !!

Commençons par la fin !!! ( histoire d'être logique XD) La Reine se retrouve dans le miroir offert à Blanche Neige !!!!! Mouhahah, je jubile !!!!!

Oui, j'aime cette idée. Car on peut être optimiste et penser que Blanche va retrouver la mère qu'elle aimait enfant et que la Reine va pouvoir s'amender. Ou on peut être pessimiste, et penser que l'histoire va se répéter. Ce qui ferait écho à une nouvelle que j'ai écrite il y a quelques mois... Oui, je ne suis pas optimiste XD

Donc, de base, ça me plaît, mais ! Un gros Mais ! Comment s'est-elle retrouvé dans le miroir ?

Du coup, je vais encore plus loin. Son père a vendu son âme aux trois sorcières, soit. Mais pourquoi l'avoir mis dans le miroir et avoir offert ce dernier à la jeune reine ? Après qui en avaient-elles ? Le père ou la reine ? Leurs motifs sont peu clairs et ça m'ennuie. Mais à la limite, ok.

Reste que la Reine est dans un miroir elle aussi. Pourquoi ? A un moment, il est dit qu'elle ressemble à son père et que donc il y a une partie de lui en elle. Et que donc, son âme aussi appartient aux trois soeurs sorcières. Mais what the fuck ??????????????? C'est de la merde cette explication, voilà !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Depuis quand vendre son âme signifie avoir vendu celles de ses descendants ? Tu parles d'un marché si c'était le cas !!! Tu offres un truc à un démon, il récupère des dizaines d'âmes ? Ben tiens !!! C'est bancal, idiot et ça m'énerve. J'aurais préféré voir la reine offrir son âme aux soeurcières ( ça va plus vite ^^). Genre juste avant de mourir par exemple.

Bon encore une fois, comme ça arrive à la fin, c'est pas trop dérangeant. J'étais un poil chiffon mais sans plus.

En revanche, y a le cas de Verona, et ça, ça m'emmerde.

L'idée de base est bonne et donne d'autres bonnes idées. Mais !

Verona est donc sa dame de compagnie et sa meilleure amie. Il est donc très intéressant de voir que la Reine commence à être jalouse d'elle.

Ben ouais, c'était une gentille femme et Blanche une gamine. La transformer tout de suite en monstre capable de tuer sa fille par jalousie, ça le faisait pas. Ça vient progressivement et c'est globalement bien géré tout le long ( j'aime bien comment son nom change au fur et à mesure. De le jeune reine à la Reine, pour finir par la Méchante Reine). Bref.

Donc, elle commence à jalouser Verona et à se sentir menacer par elle. Il faut donc s'en débarrasser. Mais elle est encore bien trop gentille et tendre pour la faire tuer. Normal. Et c'est là que ça devient bancal !

Pour s'en débarrasser, elle décidé de lui faire quitter la cour. Sous prétexte de l'envoyer en mission diplomatique dans un autre royaume !!!!! What the fuck ??????????????? Depuis quand on envoie des boniches ( ben ouais, ayons pas peur des mots) en tant que diplomate ??? Ils ont pas de vrais diplomates dans leur pays sérieux ? C'est juste ridicule. L'auteur aurait pu trouver autre chose quand même.

Bon, Verona part et elle se marie sur place donc y reste. Voilà, c'est réglé, peut on penser. Et de se demander pourquoi la reine ne fait pas la même chose avec Blanche. Le prince d'un autre royaume lui tournant autour, c'était le prétexte idéal. Sauf qu'elle ne veut pas la voir souffrir comme elle a souffert en amour. Mouais, c'est tiré par les cheveux comme raisonnement. Qu'elle soit jalouse de la voir être avec l'homme qu'elle aime alors que la reine ne le peut pas aurait été plus plausible, mais bon.

Et alors qu'on pensait cette parenthèse close, voilà que Verona débarque pour revoir sa vieille amie. Re mouais. Encore une fois, ça partait bien puis non.

Verona revient et voit à quel point son amie a changé, elle est mal à l'aise avec elle. Pire, elle la voit être cruelle et brutale avec Blanche. Forcément, elle n'apprécie pas et le lui fait remarquer. Soit, elle n'est plus sa suivante, elle peut. Sauf que l'autre, c'est quand même une Reine. Pas commode en plus, à mon avis, c'est pas trop le genre de personnage à qui tu fais la leçon. C'est déplacé. ( c'est un coup à finir sans tête ça, avec une autre Reine ^^). Sauf qu'elle laisse Verona parlait et lui donne raison.

Certes, elle a effectivement raison, mais le revirement de la reine est trop rapide. Une ancienne amie lui dit qu'elle déconne, et en 5 secondes, elle fait machine arrière. Spécial quand même, vous avouerez. Il aurait été mieux que les mots de Verona restent dans sa tête et qu'elle prenne conscience petit à petit.

Cependant, ça ouvre un très bon passage. La Reine décide de se séparer du miroir et le faire enterrer dans la forêt ( où elle ira le récupérer elle-même sans s'en rendre compte, en pleine nuit, ce qui est un peu idiot. Personne ne l'a vu sortir, et revenir avec un miroir géant ? ). Elle va alors subir le manque. Car oui, c'est une addiction et elle va souffrir physiquement et psychologiquement de son absence. Une période de sevrage très dure s'en suit.... Une période ??? Ouais un jour et une nuit !!! Mais what ??? Pourquoi ???? C'était tellement bien !! Une excellente idée, super bien écrite en plus. Pourquoi elle l'avorte aussi vite ???Snif

La Reine redevient donc une peau de vache aussi vite qu'elle a arrêté de l'être et souhaite de nouveau faire dégager cette relou de Verona, qui est belle et chiante quoi ^^ Et là, on aurait pu espérer, vu le chemin qu'elle a parcouru, qu'elle la tue ou la fasse tuer. Ben non, elle la vire juste en la renvoyant à son mari... Tout ça pour ça ? Vraiment ?

Voilà du temps perdu pour pas grand chose. Dommage, y avait du potentiel, mais amener différent, ça aurait sans doute été mieux.

C'est à cause de ça que je lui ai mis 4 étoiles et non un coeur. Ça m'a trop ennuyé cet aspect là. Ça reste malgré tout un livre très agréable, qui se lit très facilement et avec plaisir.

Je le conseille donc à tous ceux qui aiment les contes. Et merci encore à Céline pour me l'avoir fait partager.

Posté par -Pan- à 15:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Ca

117699749

!! Attention : risque de spoilers !!!! ( mais léger, j'ai fait gaffe quand même^^)

Une très bonne adaptation qui m’a vraiment emballée.

Des changements ont été apportés à l’histoire, certains mieux trouvés que d’autres. Mais l’ensemble tient bien et est très cohérent et agréable à suivre.

Le coup de la maison, je n’arrive pas à me souvenir s’il existe dans le livre mais il me semble que non. Je l’ai immédiatement associée à la Tour Sombre ( la maison qui essaie de bouffer Jake ^^). Cependant, j’ai trouvé ça pertinent dans le film. Ainsi que le changement de peur de Ritchie. Ça enlève certes un élément du livre dans la bataille finale contre Grippe-Sou. Mais c’est un élément un peu beaucoup cliché donc ça ne m’a pas dérangée que ça disparaisse. Au contraire, puisqu’ils ont insisté sur un autre aspect du pouvoir du clown du coup, que j’ai trouvé bien plus intéressant.

Des détails ont été modifiés, sans que cela change l’histoire mais qui m’ont un peu fait tiquer. Le fait que ça ne soit plus Mike qui étudie le passé de Derry, mais Ben. Ça colle au personnage de ce dernier, mais c’est un peu dommage pour Mike, car c’est le personnage qui a subi le plus de changements, et il perd un peu en importance. Le fait que sa peur ne soit plus liée à l’incendie du Spot m’a embêtée aussi. Le Spot est mentionné, la peur de Mike est aussi un incendie, mais ce n’est plus lié. Vu que c’était un crime raciste, c’était pertinent ( et triste et glauque), c’est bien un tort de l’avoir retiré du film .

Il n’y a que deux changements qui m’ont réellement chiffon ! Ils concernent Beverly et Stan, et sont liés.

Beverly est parfaite !! Belle et séduisante sans être canon ou manquer de naturel. Badass et courageuse sans être infaillible ou garçon manqué. Son personnage m’a vraiment convaincue. Son enlèvement à la fin m’a donc un peu déçue.

C’était un peu facile, il m’a semblé ( du moins, au début). Dans le livre, c’est elle qui est chargé de tirer à la fronde sur Ça. Elle perd cet acte de bravoure dans le film. Même s' il est remplacé par deux autres. Et si je comprends l’intérêt que l’un des Ratés se fasse enlevé pour motiver les autres, le fait que cela tombe sur la seule fille doit être mal vu. Et va sans doute faire du tort au film ( j'espère pas)

Pourtant, à bien y réfléchir, je pense que ça à du sens. Le parallèle avec Henry Bowers parait évident. Ils sont tous deux maltraités par leurs pères. Qui regardent tous deux la même émission télé pervertie par le clown. Et ils finissent tous deux par tué le dit père. Il me semble que ça explique que Grippe-Sous puisse avoir plus d’emprise sur eux que sur les autres. Je pense notamment à la façon dont il apparaît chez les March. Qui change considérablement de toutes ses autres arrivées.

Donc oui, au final, l’idée est sans doute intéressante à exploiter mais elle entraîne en plus le second changement que je n’ai pas apprécié. Dans le roman, le seul à voir dans les lueurs mortes de Ça est Stan. Cela l’a tellement terrorisé qu’une fois adulte, il préfère se suicider que de retourner à Derry.

Ce n’est pas anodin donc, pour la suite. Tiens, quand j’y pense, c’est pareil pour Bowers. Sa fin est pertinente dans le film, en particulier qu’elle soit liée à Mike, vu le discours de son grand-père au début. Mais pour la suite, c’est un peu contrariant. Bowers étant censé revenir et être important. Flûte !

Bref, pour en revenir aux lueurs mortes, ce n’est pas Stan qui les voit mais Bev. Ca me chiffonne. Dans le film, ça ne change rien en soi, ce n’est pas dérangeant. Par contre, pour le second chapitre, ça risque d’être un peu bancal. Comparé au livre. J’espère que le scénario sera à la hauteur.

Cependant, à part ces petites choses, même pas réellement dérangeantes sur le moment, c’était top !

On se croit vraiment chez King. L’atmosphère vraiment très spéciale de ses livres est présente, bien rendue. On y croit. On est à Derry. Avec les personnages toujours tordus et profondément banals que l’on croise chez King.

Des gens comme il y en a partout, que l’on peut rencontrer, que l’on peut être ! Les mômes sont parfaits.  Bien ancrés dans leur époque. Les détails de leur environnement sont très travaillés. Les accessoiristes et décorateurs ont fait un excellent boulot. C’est très réaliste. Derry existe, leurs univers respectifs existent. J’ai adoré la présence de Silver notamment. Ces gamins ne sortent pas du néant, leurs vies et leurs goûts sont là, on les voit, on les devinent. Les personnages sont consistants.

J’ai aussi appréciée que rien ( ou presque) ne soit édulcoré. Ils sont vulgaires, comme la plupart des personnages de King ( et sans doute comme beaucoup de pré-ados quand ils discutent entre eux). Les scènes avec le clown sont gores, comme on peut s’y attendre. On voit les horreurs qu’il fait. Et si ce n’est pas surprenant, les agissements d’Henry ne sont pas atténués non plus, et ça c’est plus osé. J’ai apprécié que le réalisateur ne cache rien. King ne le fait pas dans ses livres, il n’hésite jamais à mettre le doigt sur la cruauté, en particulier des enfants, et c’est brillant. J’ai donc apprécié que cela soit gardé. Seul le comportement de Bev dans les égouts n’a pas été gardé et franchement, j’aime autant XD

Le casting est très bien choisi. Les gamins ne sont pas beaux ou mignons pour la plupart, ils sont normaux. Ils sont vrais, avec leurs défauts, ils ne semblent pas sortis d’une pub Ricoré, vous voyez ?

Ritchie a vraiment ses lunettes à verres épais qui lui font de gros yeux.( J’ai adoré Finn Wolfhard dans Stranger Things et j’étais donc ravie de le retrouver ici, d’autant que Ritchie a toujours été mon personnage préféré !). Eddie est petit. Ben gros. Seul Georgie a une bouille adorable, ce qui le rend encore plus touchant, en particulier dans sa dernière scène.

Mais les petits acteurs rendent aussi les qualités de leurs personnages. Bill a le charisme nécessaire pour être le leader ( j’ ai trouvé Jaeden Lieberher particulièrement touchant dans la scène des égouts). Ritchie a son humour mordant, Ben (Jeremy Ray Taylor) sa sensibilité, Eddie (Jack Grazer) et Stan (Wyatt Oleff )leur innocence un peu fêlée. Encore un fois, je trouve que seul Mike (Chosen Jacobs) est un peu effacé. ( J’ai déjà dit que Bev (Sophia Lillis ) était parfaite !!).

Leur jeu à tous est saisissant de réalisme et de vérité. Je pense notamment à la première scène entre Bev et son père. Il ne fait rien de notable, et pourtant on ressent immédiatement la terreur qu’il lui inspire.

Bowers est aussi un personnage intéressant. Ignoble comme il faut, et pourtant, face à son père, j’ai eu de la peine pour lui. Nicholas Hamilton arrive à le rendre émouvant pendant quelques secondes, à montrer le gamin terrifié derrière le sale petit con brutal. ( j’aime assez que l’acteur est une bonne tête de lutin, ça apporte un contraste intéressant. D’autant que ça ne l’empêche pas de faire une tête de psychopathe qui fiche la trouille)

Les adultes son peu présents. Mais en quelques scènes ou lignes de textes, on voit à quel point ils sont vains et inutiles. Voir encombrants ou dangereux. Stephen King n’est jamais tendre et encore une fois, c’est montré.

Bill Skarsgard est remarquable dans le rôle de Grippe-Sous. Son interprétation est très différente de celle de Tim Curry. Qui était déjà très bonne, mais Skarsgard bat tous les recors ! Son clown est terrifiant !!!

Oui, décidément la psychologie très fine et profonde des personnages de King est présente et magnifiquement rendue par un casting au poil !

J'ai adoré la fin. Le piège tendu à Bill, le choix auquel sont confrontés les Ratés, et le fait que la peur est une constante essentielle du pouvoir de Ça. Il n'a pas juste besoin de tuer, il a besoin de la peur ! C'était une bonne chose de mettre ce point là en avant. Le combat contre Grippe-Sou n'étant plus uniquement physique mais psychologique.

Un dernier mot sur la réalisation, sans concession donc, très belle et très soignée. La lumière est bien choisie, elle rend l’atmosphère tour à tour légère ou lourde, tout en situant bien le film dans le passé.

La façon de filmer est énergique, voir saccadé durant l'action, rendant bien le chaos et la confusion des personnages. Plus intimes, avec de très beaux plans, dans les scènes plus calmes. Je pense bien sûr à la scène de baignade, au générique d’ouverture, avec ce très beau gros plan sur la construction du bateau ( la fameuse frégate). Mais aussi le sublime contre-jour quand Eddie arrive dans la rue avec la maison en ruine ( bien la peine d’avoir montré le panneau, je me rappelle pas du nom de la rue *boulet*)

En bref, un très beau film en lui-même, bon film d’horreur qui fait peur comme il faut, sans sacrifier l’histoire ou le jeu d’acteur pour autant. Mais surtout une vraie adaptation de Stephne King, qui rend son univers correctement et qui lui fait honneur. Enfin un moyen de prolonger le plaisir de ses livres devant un écran.

Posté par -Pan- à 15:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Untitled- Arashi

Le nouvel album et 16ème album d’Arashi est sorti aujourd’hui. Et en bonne fan, je me suis jetée dessus comme une affamée XD

Le tire me fait triper : Untitled. Ils devaient pas savoir comment le nommer, donc ils l’ont pas nommé du tout

117781379

Pochette moyenne : c’est un peu fade tout ça, ( et sur la version limité, la typo prend trop de place ( j'ai posté la regular)). En plus, pourquoi Arashi, ce groupe plein de paillettes et de bonne humeur, a toujours des pochettes sérieuses où ils tirent la tronche ???


CD 1
  1. Green Light : bonne ouverture. Dynamique. Ça ferait un bon solo d'Aiba d'ailleurs ^^ J'ai hâte de la voir sur scène
   2. つなぐ [Tsunagu] : on connaît déjà. Toujours superbe. Rien que de penser au clip, j'ai des étoiles plein les yeux **
   3. 未完 [Mikan] : on avait eu une preview. Oh que c'est bon. J'adore le rythme du refrain, et bien sur le morceau classique ( je me sens bien cruche de ne pas remettre le nom du morceau d’ailleurs, pourtant je connais). Que ça claque !!!
   4. Sugar : mouais, pas transcendant. Ecoutable mais sans plus.
   5. Power of the Paradise : bon pas la peine d'en parler, c'est un single, on connaît. Mais c'est surtout, c’est ma chanson préféré d'Arashi XD Elle est magnifique, vraiment ♥
   6. ありのままで [Ari no mama de] : pleine de fraîcheur, surtout le refrain. Le genre qui fait penser à un après-midi entre potes sur la terrasse d'un café de bord de mer ^^. La petite mélodie au piano est bien sympa. Ça me donne envie de l'apprendre
   7. 風雲 [Fuun] : le début m'a pas mal rebutée mais finalement, c'est sympa.
   8. I’ll be there : encore une connue et que j'apprécie toujours autant. Elle est tellement fun
   9. 抱擁 [Houyou] : pas géniale celle là, un peu molle du genou, je dirai. Pas détestable, mais tout à fait dispensable. Y a que le Sakurap qui m'a plu ^^
   10. Pray : bof, un peu molle encore. Jolie mais sans plus
   11. 光 [Hikari] : ouh, le début est fun dis dont ! Et le reste est à la hauteur. Ça change considérablement de d'habitude, ça me plaît !
   12. 彼方へ [Kanata e] : plus classique mais très efficace aussi. Un bon rythme, assez prenant
   13. Song for you : cétions bien cool ça ! encore un truc qui sort de l'ordinaire. J'aime bien quand ils prennent des risques, en sortant des sentiers battus. Ça arrive de plus en plus souvent non ? Ils deviennent grands  nos petits Arashi ^^

CD 2

Alors, voyez, cette histoire de duos/trios, j’avais pas compris ça comme ça. Pour moi, c’était en plus des solos et chansons classiques à 5. Et ça me paraissait sympa. Sauf que non, c’est à la place.

J’adore Arashi parce qu’ils sont 5 et que leurs voix se mélangent à merveille. Mais les solos permettent de bien profiter de leurs voix séparément. Là, on perd ça. Surtout pour Ohno, qui n’est que dans des trios. Qui a eu cette idée débile d’ailleurs ? Il a la plus belle voix d’Arashi, bon sang !!!!!!!!!!!!!!!!!


 1. バズりNIGHT [Bazuri NIGHT] - Aiba masaki, Ohno Satoshi, Sakurai Sho : ça part assez mal pour moi, très électro. Pas mal par la suite, mais pas exceptionnel non plus
 2. 夜の影 [Yoru no Kage] - Matsumoto Jun, Ninomiya Kazunari, Ohno Satoshi : celle-ci a le mérite de bien mettre en avant la voix d'Ohno. Mais c'est bien le seul truc qui m'a plu -_-
 3. UB - Aiba Masaki, Ninomiya Kazunari : un peu mieux. Simple mais sympa. Le duo Nino/Aiba marche bien. L'instru vers la fin est vachement bon, quand même. Ça leur va bien cette chanson ( pour le fan service, les duos, c'est tout bon non ? Les fans doivent s'en donner à coeur joie^^ )
4. Come Back - Matsumoto Jun, Sakurai Sho : pitié !!! Alors là, ils m’ont perdue clairement. Tout ce que je n’aime pas dans les solos de Jun ou de Sho, dans une seule chanson. Sans moi !!! Ils ont du vouloir tabler sur le côté sexy de ces deux là. Ça marche pas sur moi.
 5. カンパイ・ソング [Kanpai] Song *bonus track* : je rêve ou c’est une chanson à boire ? XD Elle est fort sympathique en tout cas. Elle sera super en fin de concert !

Bon, donc les duos à la place des solos, c’est non pour moi. En plus, peut-être, mais à la place, NIET !!

Quant aux trio, là, c’est débile. A oublier. 3 ou 5 franchement, ça change rien. Les duos, oui, ça change, mais les trios, non.

Je me demande comme ça va rendre en live du coup, cette histoire.

Bref, 18 chansons, j’en aime 11, c’est pas mal du tout. Du tout. Un très bon album, avec de vraies pépites et quelques prises de risques. Donc, malgré les couacs, c’est une réussite pour moi

Posté par -Pan- à 14:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Come and Dream with Me

Second_Star_to_the_Right-5895

Bienvenue dans mon monde crépusculaire. 

Peuplé de fantasmagories, de monstres, d'enchantements et de mélancolie. Au gré de mes découvertes et rêveries.

Jusqu'à l'aube.

Save

Posté par -Pan- à 14:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]